Groupe d’analyse des pratiques en institutions – Clinique et Théorie

Marc Guiose, Yolande Fradet-Vallée, Florence Robin-Poupard, Alexandre Sinanian.

Préface du Pr François Pommier

Ce livre est un manuel qui redéfinit, à partir de la littérature existante et des pratiques actuelles, les notions de groupes d’analyse des pratiques, de groupes de parole, de supervisions, de régulation d’équipe et d’analyse institutionnelle. Le développement des théories sur les groupes s’y trouve résumé. Il relate également des modes de relations au sein d’équipes professionnelles, d’institutions sanitaires et socio-éducatives, qui dysfonctionnent et génèrent de la souffrance.

Relaxations thérapeutiques

Marc Guiose.

La relaxation, véritable outil thérapeutique, retrouve ici ses sources et ses fondements. Quatre méthodes sont développées : le training autogène de Schultz, la relaxation progressive de Jacobson, la relaxation par mobilisation activo-passive et la relaxation dynamique psychomotrice.

Soins Palliatifs et Psychomotricité

Odile Gaucher-Hamoudi, Marc Guiose,

Deux auteurs qui croisent leurs plumes pour écrire ce livre qui contient toute leur expérience des soins palliatifs. Une approche qui se veut clinique au plus près du lit des patients en fin de vie et de leurs familles. Une description vivante qui raconte les modes d’une intervention psychomotrice dans ce cadre d’accompagnement vers la fin de vie. Une orientation très théorico-pratique également avec les bases indispensables pour mieux appréhender les soins palliatifs.

Arts Martiaux en Psychomotricité

Gilles Gaudry, Olivier R. Grim, Marc Guiose, Jean-Philippe Louve.

Tout quatre pratiquants d’un art martial et psychomotriciens, mais aussi psychologues ou bien anthropologues, les auteurs de cet ouvrage lui insufflent la richesse de leur expérience. Ils en font une synthèse originale et nécessaire sur la possibilité d’utilisation, dans une approche psycho-corporelle, des arts martiaux à des fins thérapeutiques ou rééducatives.

Souffrance des soignants

GROUPE DE PAROLE

Marc Guiose

Psychologue Clinicien – Psychothérapeute d’orientation psychanalytique Ancien psychologue de la maison médicale Jeanne Garnier Chargé de cours Université Paris 6

De l’Hallucination au rêve en relaxation

Drôle d’idée que d’évoquer les phénomènes hallucinatoires en référence au rêve. Mon propos sera de montrer que si l’hallucination par définition est une « perception sans objet » dans une réalité phénoménologique, elle n’en est pas moins la perception d’un objet dans une réalité psychique. De sorte qu’il n’est pas rare de voir surgir des moments hallucinatoires en relaxation. De la même manière il sera fait mention du fantasme au regard de l’hallucination. Les propositions de ressentis corporel pouvant nourrir les fantasmes par une stimulation pulsionnelle. Quant aux suggestions par visualisations, elles peuvent être une surface de projection qui invite au fantasme. Mais surtout, les mécanismes hallucinatoires et fantasmatiques peuvent se comprendre à travers le rêve. La relaxation elle-même pouvant se rapprocher des techniques de rêve éveillé.

Contamination psychique du corps soignant en soins palliatifs

Contamination psychique du corps soignant en soins palliatifs

Marc GUIOSE

 


 

Sur ce thème de la « souffrance du corps », je souhaiterais aborder avec vous cet après-midi une forme de souffrance que l’on peut voir apparaître dans le corps soignant. J’ai pensé bien sûr que cela pourrait vous intéresser. Je vous parlerai de ceux que je côtoie à longueur d’année dans le cadre d’une unité de soins palliatifs. Les soignants forment un groupe, lequel groupe, comme le font remarquer Anzieu et Kaës(1974), est métaphoriquement constitué de membres qui font corps. Pierre Bourdieu2(2001) observe des caractéristiques immunitaires groupales présentes dans certains rassemblements politiques, tout particulièrement chez ceux qui historiquement se sont retrouvés le plus souvent dans l’opposition.

Quand la douleur rebelle touche le corps soignant

Marc Guiose

Quand la douleur rebelle touche le corps soignant


 

Quand est-il de la conscience corporelle groupale, celle-là même qui se donne à sentir, ou mieux à souffrir, en présence de patient rebelle à tout traitement antalgique. C’est là le point de départ de ces quelques déambulations sur les terres des soins palliatifs. Il faut comprendre que la douleur rebelle, comme son nom l’indique est « rebelle » au traitement antalgique. La douleur, véritable concept psycho-somatique où le sensoriel s’intrique avec l’émotionnel. Elle est là pour exprimer, à travers ce langage archaïque qu’est l’émotion, que ça va mal, que ça fait mal dans le corps jusqu’au tréfonds de l' »âme ». Le corps soignant, cet organisme groupal, ne peut que s’émouvoir de cette douleur. « J’ai mal pour lui » dit-on, incoercible identification au corps douloureux d’un patient par les membres du corps soignant. Vase communicant d’un corps à l’autre, qui contraint l’un à faire que ça cesse dans l’autre. Confusion des êtres qui ne cesse d’avoir des conséquences dans les relations d’un corps à l’autre.

Soins palliatifs

Marc GUIOSE

Psychologue clinicien Psychothérapeute-Psychanalyste


 

Les conversations lors de réunions de famille m’ont amené à évoquer mon expérience en soins palliatifs. Il est certain que depuis une vingtaine d’années le sujet de la fin de vie est enfin évoqué sur la place publique. Jusqu’aux années 80 la mort, dans les hôpitaux, était sujet tabou et aucune réflexion ni moyen matériel d’importance n’étaient engagées. Depuis sous la pression de membres éminents du milieu médical et d’associations réunissant des malades et leurs proches, les pouvoirs publics se sont impliqués. Surtout, ce qui me semble important c’est que ce débat de société soit ouvert et donne lieu à un cadre juridique qui définisse une conduite éthique. La polémique lorsqu’elle se donne à entendre oppose les tenants des soins palliatifs, dont je parlerai plus loin, aux militants pour la légalisation de l’euthanasie.

Des actes ou de la pensée

Marc GUIOSE

Psychologue clinicien

 


 

L’animation de groupe de parole dans des réseaux de soins palliatifs et soins de support, ainsi que dans des équipes mobiles de soins palliatifs laissent apparaître certains discours similaires et récurrents dans ces deux groupes. Ces discours parlent des pressions, les unes externes, faites par l’institution dans son ensemble et, les autres, internes, entendez par là psychique. Les unes venant alimenter les autres. Je traiterai ici de cette problématique qui pour un psychologue concerne l’économie psychique. Je l’énoncerais comme une tentative de résolution des conflits externes lesquels ne manquent pas régulièrement, quand ce n’est pas constamment, de ponctionner l’énergie interne des acteurs de santé.

Un toucher hallucine

Marc GUIOSE

Psychologue clinicien


 

Ce paragraphe est motivé par les fréquentes descriptions de manifestations hallucinatoires cénesthésiques vécues en séance de relaxation. Ce phénomène est bien connu de nos confrères hypnothérapeutes, qui le voit souvent apparaître dans des situations dites de choix impossible. L’hallucination d’une main qui bouge est alors une tentative de résolution de cette double contrainte (double lien) qui est de bouger la main alors que la suggestion interdit tout mouvement. La situation en relaxation est tout autre et pourtant elle conduit aussi à ce même vécu hallucinatoire. C’est ce que j’appellerai une suggestion de situation, que je m’empresse maintenant de décrire.

Schéma corporel et Image du corps

Marc GUIOSE Psychomotricien Psychologue Clinicien Chargé de cours Paris 6

Schéma corporel et Image du corps

Evolution Psychomotrice Juin 2001

Pour évoquer les concepts de schéma corporel et d’image du corps, il faut balayer des domaines tels que la neurophysiologie, la psychologie génétique, la phénoménologie et la psychanalyse. Il est classique de distinguer le terme de schéma corporel comme relevant de la neurologie et celui d’image du corps comme relevant de la psychanalyse et de la psychologie. Les neurologues s’intéressent à décrire, à travers le schéma corporel, des manifestations pathologiques de modifications de la perception du corps suite à des lésions du système nerveux central et périphérique. Les « psy » veulent rendre compte, à travers l’image du corps, de diverses manifestations psychopathologiques dans lesquelles la conscience du corps est atteinte.

Abord de la relaxation en psychiatrie adulte

Guiose Marc Psychomotricien Service IV Hôpital PGV

Abord de la relaxation en psychiatrie adulte

Cet écrit se situe dans le cadre d’un travail en psychomotricité, avec des patients suivis en psychiatrie, tant en intra-hospitalier, que dans des structures extra-hospitalières ( hôpital de jour et centre médico-psychologique ). Ces patients, de différentes structures de personnalité, présentent pour la plupart un état de dépression et de grande anxiété. Leur suivi en thérapie de relaxation et les observations cliniques qui en émergent, nous amènent à nous interroger sur notre pratique.

Notre propos consistera, en avançant quelques hypothèses théoriques, à appréhender le processus thérapeutique.