Relaxation

Marc GUIOSE Psychologue clinicien

 


 

Le terme général de relaxation recouvre une multitude de méthodes. Certaines s’utilisent comme moyen thérapeutique, d’autres comme moyen prophylactique, d’autres encore pour le développement personnel. Il n’est pas dans notre propos de présenter de façon exhaustive ces différentes techniques, nous privilégierons une information générale sur la relaxation.

Nous développerons plus particulièrement les méthodes de référence (training autogène de Schultz, relaxation progressive de Jacobson), qui sont incontournables pour le néophyte ; les autres méthodes de relaxation étant, le plus souvent, une adaptation de ces dernières.

La sexualité humaine : une quête éternelle

J. Mc Dougall « Éros aux mille et un visages », 1996, Paris : Gallimard.

 


 

La sexualité humaine : une quête éternelle

L’origine de la sexualité humaine est traumatique. Les conflits psychiques surgissent de la rencontre entre les pulsions internes et la force contraignante du monde externe.
Dès le début, la distinction entre pulsion érotique et sadique donne l’amour cannibalique. La notion de l’autre comme objet séparé de soi nait de la frustration et d’une force primaire de dépression dont tout bébé fait l’expérience.

La pulsion

Cabinet de consultations en psychomotricité et psychothérapie

 

Sans nous détourner de notre axe corps & psyché, cette année je vous propose de travailler autour de la «sexualité ».

Pourquoi ce thème ? Car seuls les anges n’ont pas de sexe et quant à regarder du côté du corps autant tomber bas la tartufferie qui détournerait notre regard de ces seins que l’on désire voir… Au sein du corps, chevillé à l’âme, la sexualité donne vie. La notion de sexualité est intrinsèquement un concept somato-psychique. Plutôt que de le repousser, apprenons à travailler avec. Dès lors, il nous faut peaufiner nos outils théoriques pour toucher par la pensée et parfois du bout des doigts, la chaleur d’un corps vibrant d’un désir interdit, non dit, déplacé, pas à sa place.

La vie sexuelle S. FREUD

Conférence numéro 2 sur la sexualité,

La vie sexuelle S. FREUD

En introduction, Freud nous donne les deux traits essentiels de la sexualité humaine :

  • la liaison de la sexualité à des représentations
  • les représentations auxquelles s’attache la pulsion

L’Inconscient et la Relaxation

L’Inconscient et la Relaxation

Philosophie et inconscient

L’époque post-kantienne a vu apparaître des auteurs qui ont lancé l’idée d’inconscient : Schelling, Hegel, Schopenhauer. Mais surtout Carl-Gustav Carus et Von Hartmann. Ces philosophies mettent en évidence l’idée d’une force inconsciente qui gouvernerait l’activité consciente. Elles ont vu que l’inconscient soutient normalement le conscient, à titre d’instinct ou de tendance ; elles ont analysé le rôle de l’inconscient dans les décisions volontaires, les sentiments, le rêve, le génie.

Psychomotricité – Trouble graphomoteur – Inhibition fonctionnelle – Agressivité

Marc Guiose

Journées annuelles de Psychomotricité La Rochelle – décembre 2006

 


 

À travers deux cas d’enfants venant consulter pour un trouble graphomoteur, conséquence d’une hypertonicité des membres supérieurs, nous traiterons du concept d’inhibition psychique. Ce dernier sera vu sous l’angle d’une tentative de résolution d’une agressivité inconsciente. In fine, Nous évoquerons l’utilisation d’une technique de combat telle que la boxe française en thérapie psychomotrice pour aborder ce type de problématique.

Groupe de parole

Marc Guiose

Psychologue Clinicien – Psychothérapeute d’orientation psychanalytique

 


 

Depuis quelques temps on entend beaucoup parler de groupe de parole. Ils sont issus des travaux sur les T-Group, ou Training Group, plus connu sous le nom de Dynamique de groupe, mis au point par Kurt Lewin dans les années 40 aux Etats Unis. Ils sont également un héritage des Groupes Balint, très en vogue dans les années 70. Michael Balint proposait alors aux médecins des supervisions de groupe voulant réguler les relations entre médecins malades-maladies. Depuis Balint, les groupes ont pu profiter de l’héritage de la psychanalyse et tout particulièrement en France avec les travaux du Pr Didier Anzieu et René Kaes.

De la crise au malaise dans les institutions : Rigidité obsessionnelle et glissement paranoïde

Groupes en crise : clinique des crises institutionnelles et théories de la vie affective des groupes

Marc GUIOSE

 


 

Introduction :

Il ne m’aura pas échappé dans ma quasi quotidienne fréquentation des équipes des secteurs sanitaire, social, judiciaire et de l’administration policière, que bien des groupes étaient en crise. J’entends par là des conflits ouverts ou larvés, des fâcheries et mésententes qui donnaient lieu à des dysfonctionnements institutionnels. Mais, tout autant, lorsque la violence des propos et des actes ne se retournait pas sur les équipes en interne, elle se mobilisait contre l’administration ou la hiérarchie. Plaintes, invectives, dépression, burn out, tout une panoplie d’expressions de Malaise et de mal-être qui se font récurrente. Des signes, que l’on appelle RPS1 qui, tels des champignons en automne, poussent au moindre rayon de soleil voilé. Mon attention est attiré par ce qui semble récurrent dans les formes de malaise selon les lieux, je vous en livre quelques une :

Regarder, toucher, au crépuscule de la vie

Marc Guiose
Psychologue clinicien – Psychomotricien
Maison médicale Jeanne Garnier 106 AV. Emile Zola 75015 Paris

Les Entretiens de Bichat 2002

 


 

Mon intervention auprès de vous tient tant à mon rôle de psychologue en soins palliatifs, qu’à ma fonction d’enseignant auprès des étudiants psychomotriciens de la Pitié. Concernant ces derniers, il m’a été donné d’en suivre un certain nombre à travers l’élaboration de mémoires portant sur le traitement de la douleur, sur des interventions auprès de patients cancéreux, ou encore, pour certain, traitant d’un accompagnement vers la mort.

Développement du concept de cadre et son application en soins palliatifs

Guiose M. Psychologue Clinicien Maison médicale Jeanne Garnier

 

En psychanalyse, le cadre définit les conditions invariables, pratiques, dans lesquelles se déroule le processus psychanalytique. Elles se ramènent à des règles, lesquelles garantissent à ce processus le minimum de stabilité et de sécurité nécessaires à son déroulement. Mon intervention consistera à situer l’évolution de ce concept à travers le développement de la technique psychanalytique. Avec l’idée qu’il est possible, en nous inspirant de ce que nous savons de la fonction du cadre analytique, de rendre visibles certains processus thérapeutiques propres à aider le patient accueilli dans une unité de soins palliatifs. L’accompagnement, cette relation de compagnonnage des patients en fin de vie, est une des missions reconnues aux soins palliatifs. Aussi, le concept de cadre peut-il nous éclairer sur certains aspects de cette relation inhérente à cet environnement. Mon propos tentera une mise en lumière de phénomènes psychiques à l’œuvre dans ce « corps à corps soignants-soignés », dans cette immersion des uns et des autres au sein d’une unité de soins palliatifs. Bien entendu, mes observations sont imprégnées de toute la particularité du cadre d’une institution telle que la Maison médicale Jeanne Garnier.

Socio-psychomotricité de la danse à deux

Marc GUIOSE – Novembre 2018

Congrès international AFPUP / Université d’Evora (Portugal)

 


 

J’ai toujours été inspiré par l’expression « faites l’amour pas la guerre », moi qui suis un combattant des premiers jours : on m’a mis au judo j’avais 6 ans, à 13 ans je commençais le Karaté. J’ai découvert le Rock à l’âge de mes premiers amours, le Tango, lui, quand j’ai senti l’âge venir, pour la salsa j’étais déjà trop vieux, alors j’ai remonté le temps pour aller voir le Swing et renouer avec le jazz. Faute de pouvoir le jouer je m’en nourris, je l’assimile, je le transforme pour que la musique se donne à voir. En chemin j’ai perdu les arts martiaux, mais j’ai conquis la danse. Mars m’en veux mais Eros m’attire, Thanatos devra attendre.

Echos des deuils pathologiques en relaxation et processus thérapeutiques

Marc GUIOSE

Conférence Cabinet de l’Avenir Octobre 2015

 


 

Le deuil pour le proche, étapes et mécanismes

Le terme de deuil fait référence à la douleur ressentie à la mort d’un être cher et par extension à la tristesse, l’affliction qui l’accompagne. Cette situation, chez le sujet endeuillé, mobilise différents mécanismes psychologiques regroupés sous le terme de « travail du deuil ». Celui- ci concerne pour l’essentiel l’attachement et la perte de cet « objet » d’amour. Les turpitudes du deuil ne manquent jamais de faire écho aux premières expériences de séparation de notre petite enfance, ainsi qu’à notre personnalité et aux modes de relations que nous entretenons avec nos objets internes. Disons-le, ce sont les psychanalystes, depuis Freud S. jusqu’à ses successeurs, qui se sont le plus intéressés au deuil.
C’est avec cette référence psychanalytique que nous appréhenderons ce qu’il y a de latent dans ces phénomènes manifestes du deuil. Ainsi, trois aspects inconscients sont à l’œuvre chez toute personne en état de deuil et ceux-ci seront présents en filigrane tout au long de cet écrit à savoir : un travail psychique sur le principe de réalité par rapport au principe de plaisir, une mobilisation des identifications ainsi que l’élaboration des sentiments inconscients de culpabilité.